Actualités

randomposts

protocoles internet

PROTOCOLES
La résolution d'adresse physique
La résolution d'adresse physique permet de faire le lien entre l'adresse IPv4 logique d'une machine et son adresse physique. Afin de comprendre pourquoi la résolution d'adresse physique estdifficile avec certaines technologies de réseaux, nous allons considérer le cas de la technologieethernet qui est la plus utilisée dans les réseaux locaux.
Sur les réseaux ethernet, les adresses physiques sont codées sur 48 bits ce qui rend impossible de créer un lien direct entre ce type d'adresses et une adresse IPv4 codée sur 32 bits.Aussi, il a été créé un protocole spécifique permettant de réaliser un lien indirect entre ces deux adresses. Il s'agit du protocole ARP (Address Resolution Protocol) qui fournit un système efficace et simple de faire cette résolution. Quand un ordinateur A veut connaître l'adresse physique d'un ordinateur B, il diffuse une trame spéciale sur le réseau
demandant à l'ordinateur B de répondre en indiquant son adresse physique. Tout les ordinateurs du réseau reçoivent cette trame mais seul l'ordinateur B reconnaît son adresse IP. Il renvoie alors la réponse. A enregistre alors cette adresse dans une table de correspondances et peut alors directement transmettre à B le datagramme IP en se servant de l'adresse physique.
Cette technologie fait donc appel à un second protocole de couche 3 en plus du protocole IP.
Ce protocole multiplie également le nombre de trames de diffusion circulant sur le réseau et est
Le protocole Internet version 6 donc susceptible de provoquer des saturations.
Le protocole ICMP
Le protocole ICMP (Internet Control Message Protocol) est défini dans la RFC 792. Il a  pour rôle l'échange de messages d'information de base entre des équipements communiquants. Les messages diffusés par ICMP servent à la gestion des erreurs aussi bien qu'à la transmission d'informations. Ces paquets peuvent être émise dans plusieurs cas tel que :
• L'utilisation de la commande ping permettant de vérifier si un poste est bien configuré sur le réseau
• Dans le cas d'un paquet dont la durée de vie a expirée
• ....
Le format des paquets ICMP est simple : Un champ "type" indique de quel type est le message ICMP, un champ code permet d'avoir des informations plus détaillées, un checksum, une suite de champ dont le contenu varie suivant le type de message et enfin, une partie du paquet IP
ayant provoqué l'émission du paquet ICMP.
Le protocole IGMP
Le protocole IGMP (Internet Group Message Protocol) est défini dans la RFC 1112. Son rôle est de gérer les groupes multicast dans IPv4. Un groupe multicast est un ensemble d'équipement écoutant sur un même adresse IP. Cette technologie peut être entre autre utilisée dans le cas de la diffusion de flux en continu tel que des flux de radio sur Internet ou pour la télévision sur ADSL.
PRÉSENTATION DU PROTOCOLE
Système d'adressage
Les adresses IPv6, du fait de leur longueur importantes sont notées de manière différents que
les adresse IPv4. Ce système garanti que l'on aura suffisamment d'adresses IP si un jour l'Homme veut étendre le réseau Internet jusqu'à la Lune ou Mars, en effet, on peut désormais attribuer 3,4.1038 adresses... Ceci est un exemple d'adresse IPv6 :
                     fe80:0000:0000:0000:0240:caff:febf:dd81/64
On remarquera tout d'abord l'utilisation du système hexadécimal pour la notation et ensuite
la notation du masque. Cette dernière utilise désormais exclusivement la notation CIDR. Lorsque l'on examine cet exemple d'adresse, on s'aperçoit qu'elle contient un nombre important de zéros successifs. On peut parfaitement condenser cette écriture de cette manière en remplaçant la suite de zéros par « :: » (deux fois deux points) et en supprimant les zéros inutiles :
fe80::240:caff:febf:dd81/64
Cependant, il faut respecter certaines règles, cette compression ne peut être effectuée qu'une
seule fois dans une adresse, ainsi :
• si l'adresse de départ est : fe80:0000:0000:caff:240:0000:febf:dd81, on ne peut pas la condenser en fe80::caff:240::feb:dd81. En effet, il devient alors impossible de déterminer combien de zéros sont compris entre chaque groupe de « :: ».
• il n'est pas possible également de condenser en supprimant le zéro de fe80, en effet, fe8
n'est pas égal à fe80 mais à 0fe8... Une adresse IPv6 est composée de deux parties : la partie identifiant du réseau, appelée préfixe, qui est repérée grâce au masque de réseau et la partie adresse de l'équipement. Enfin, en IPv6, il devient standard d'avoir plusieurs adresses sur une même interface réseau.
Types d'adresses
défini 3 type d'adresses :
• Unicast (point à point) : cette adresse spécifie une machine particulière à laquelle ledatagramme doit être envoyé par le plus court chemin.
• Anycast : la destination est un groupe d'ordinateurs partageant une même adresse. Cetype d'adresse indique que le datagramme doit être transmis à un seul membre de cegroupe (par exemple, le plus proche). Ces adresses ne peuvent servir qu'en tantqu'adresses de destination.
• Multicast (point à multipoint) : la destination est un groupe d'ordinateur partageant une même adresse. Ce type d'adresse indique que le datagramme doit être transmis à tout les membres du groupe éventuellement en utilisant les possibilités de diffusion au niveau du matériel. Ces adresses ne peuvent servir qu'en tant qu'adresses de destination. Ces adresses sont toutes identifiables par leur préfixe commençant par FF.
Adresse particulières
Comme IPv4, le protocole IPv6 défini un certain nombre d'adresses ou de plages d'adresses
dédiées à un usage particulier :
• ::1/128 : la boucle locale
• FE80 : l'adresse lien-local servant en local à désigner une interface réseau.
• FF01:: : Noeud local. Un paquet émis sur cette adresse ne quitte jamais l'équipement
• FF02::1 : Lien local. Sert à désigner tous les noeuds IPv6 situés sur le même lien local que l'interface de connexion. Ils ne doivent pas être routés sur un autre réseau.
• FF02::2 : Sert à désigner tous les routeurs connectés sur le même lien local que l'interface de connexion.
• FF02::3 : Sert à désigner tous les hôtes situés sur le lien local.
• :: désigne l'adresse indéterminée.
• FF05:: : Désigne tous les hôtes du réseau local.
• FEC0::/10 : Adresse de réseau privé
a - L'adresse de lien local
Cette adresse est composée du préfix FE80::/10 à laquelle est accolée l'adresse physique de
l'équipement en notation EUI-64, par exemple :
b - L'adresse de site local
Cette adresse est l'adresse qui sera valide à l'intérieur de tout le réseau d'un site, par exemple,
sur tout le réseau d'une entreprise. La taille des adresses IPv6 permettent également de créer des
sous-réseaux hiérarchisés.
Si le site n'est pas relié à Internet, il pourra utiliser des adresses de réseau privé dont le
préfixe sera FEC0::/10.
Le protocole ICMPv6
Le protocole ICMPv6 est la nouvelle version du protocole ICMP adapté à IPv6. Cette nouvelle version apporte une réorganisation au niveau des types de message. Il garde cependant les
même fonctionnalités de base que la version pour IPv4 auxquelles s'ajoutent les fonctions autrefois déléguées aux protocoles IGMP et ARP qui deviennent donc obsolètes. Un certain nombre d'autres fonctionnalités nouvelles sont ajoutées. La plus importante d'entre elle est le système d'autoconfiguration du réseau apportée par IPv6 (voir la section 1.6 - L'autoconfiguration du réseau, page 17).
La résolution des adresse physiques
La résolution des adresses physiques passe par l'utilisation du protocole ICMPv6 décrit plus haut. Ce système est décrit dans la RFC 2461. L'équipement désirant connaître l'adresse physique d'un autre équipement enverra un paquet ayant comme adresse de destination une adresse de multicast sollicité. Cette adresse a pour entête le préfixe d'une adresse multicast de lien local désignant soit tous les noeuds, soit tous les routeurs. A cet entête est accolé le motif "FF00" et l'entête occupe les 104 premiers bits de l'adresse. Les 24 derniers bits correspondent aux 24 derniers bits de l'adresse IPv6 de l'équipement à joindre.
L'autre équipement renverra un paquet ICMPv6 contenant les renseignements demandés.
L'autoconfiguration du réseau
Le protocole IPv6 met à disposition un système d'auto-configuration du réseau qui permet à
chaque machine de se construire elle même une adresse qui sera valide sur le réseau auquel elle est reliée. Le routeur joue un rôle important dans ce système d'auto-configuration qui s'effectue en quatre phases :
1. Découverte des routeurs;
2. Découverte des préfixes;
3. Détection des adresses dupliquées;
4. Découverte des paramètres.
Cela s'effectue en utilisant le protocole ICMPv6.
Tout d'abord, la découverte des routeurs permet aux équipements de trouver tout les routeurs
connectés sur le même lien physique. Au démarrage, l'équipement envoie sur le réseau un message de sollicitation de routeur sur l'adresse multicast réservée ff02::2. Le routeur (si il y en a un) renvoie une trame dans laquelle il informe l'équipement de sa présence et du préfixe du réseau. L'équipement se compose alors une adresse valide sur le réseau de la même manière que pour l'adresse de lien local en remplaçant le "FE80" par le préfixe annoncé par le routeur. Ce système, bien que fonctionnel est actuellement toujours en développement. En effet, il est envisagé d'étendre ce principe à la découverte du service DNS entre autres.
Les entêtes d'extension
Le protocole a été fait pour être facilement extensible. Derrière l'entête de base peut se
trouver directement l'entête du protocole de couche supérieure (TCP par exemple) mais aussi une extension de couche 3.


protocoles internet Reviewed by Nabil CH on 00:20 Rating: 5

Aucun commentaire:

Formulaire de contact

Nom

E-mail *

Message *

Fourni par Blogger.